Musée Cernuschi, art asiatique – Paris

Le musée Cernuschi, inauguré en 1898, est l’un des plus anciens musées de la Ville de Paris. C'est aussi le deuxième musée d’art asiatique en France et le cinquième musée d’art chinois en Europe. 60 000 visiteurs le découvrent ou le redécouvrent chaque année. C'est le second musée consacré aux arts asiatiques en France et le cinquième consacré à l’art chinois en Europe. Ce musée se consacre plus particulièrement à la Chine, au Japon et à la Corée.

Un musée d'art de l'Asie à Paris

Le musée Cernuschi est le musée d'art de l'Asie de la ville de Paris. Ce musée se trouve dans une situation privilégiée, proche du parc Monceau puisqu'il fait partie de ces hôtels particuliers qui ont été construits dans la fin du 19ème siècle le long du parc monceau.

La collection de Cernuschi

A la suite de son voyage en extrême orient, Cernuschi décida d'installer dans cet hôtel particulier sa collection dont nous avons ici quelques exemples avec ces très grands bronzes qui sont d'une période relativement récente puisqu'ils sont du 19ème siècle. Le musée présente de manière chronologique la civilisation chinoise, depuis ses débuts avec des pièces de l'époque néolithique, en particulier ces très belle terres cuites qui proviennent des régions occidentale de la chine. Il s'agit de la production du Ganzu et ces terres cuites ont été réalisées à la main et peintes de motifs géométriques dans la région de Machang ou de Bansha. Ces pièces datent du troisième millénaire avant notre ère. Musée Cernuschi 2

Les bronzes du musée Cernuschi

A la fin de l'époque néolithique, on voit apparaître dans la vallée du fleuve jaune une civilisation de l'âge du bronze et qui est marquée par une production de bronzes archéologiques archaïques avec en particulier des pièces qui sont utilisés dans les rituels et le rituel funéraire tout particulièrement. Ces œuvres présentent déjà un décor avec un motif qui est le fameux motif du toatier, une représentation très stylisé d'animaux affrontés. La capitale de holnigang dont nous avons vu quelques exemples avec les vases rituels précédents a été abandonnée et remplacée par une nouvelle capitale qui est la capitale Damiang, toujours dans cette région de la vallée du fleuve jaune. Parmi les objets qui ont été découverts dans les tombes de cette région, nous trouvons là encore de nombreux bronzes qui sont décorés de motifs souvent zoomorphes et en particulier de ce fameux motif du toatier. Parmi eux ces objets, certains étaient utilisé pour des préparations liquides et d'autres solides.

Des œuvres exceptionnelles

Parmi les pièces de cette exposition, l'une des plus importantes et probablement ce vase de type Yo qui servait à conserver du poisson fermenté. Ce vase est tout à fait remarquable de par son iconographie. Il s'agit de représentations d'une tigresse qui tient sur son sein un jeune enfant qui semble se réfugier auprès d'elle. La poignée de ce récipient est surmontée d'un cervidé et l'anse elle même est terminée par deux têtes d'animaux que l'on a du mal à identifier. Nous sommes maintenant entrés dans la salle Djo, salle qui présente là encore l'évolution réelle des bronzes chinois et l'on remarquera une très grande stylisation des motifs fortement différenciés de la période précédente, la période des Shang.

Les rituels mortuaires

Nous poursuivons avec la salle principale du musée qui est donc dominée par ce très grand bouddha provenant du temple du Banruigi qui fut rapporté par Cernuschi lors de son voyage entre 1971 et 1873 au Japon. Cette salle est dominée par des pièces datant de la dynastie des Khan c'est-à-dire entre le 3ème siècle avant notre ère et le troisième siècle après notre ère. Cette époque est surtout marquée par le développement architectural des tombes et par le grand nombre d'œuvres disposé à l'intérieur de ces tombes. A l'époque des Shang, les personnages importants étaient souvent enterrés avec des serviteurs qui était sacrifiés autour d'eux ainsi que des animaux. A partir de l'époque des Djo, on va avoir ce rituel de sacrifices abandonnés petit à petit et à l'époque des Khans, se développe l'art de la statuette funéraire avec ces statuettes qu'on appelle des Minchi, c'est-à-dire des objets de lumière qui sont souvent en terre cuite, quelques fois en bois, et qui racontent, qui narrent la vie sur terre du défunt. On y retrouve donc des serviteurs, des servantes mais également des scènes de la vie quotidienne, en particulier des représentations architecturales comme la grande tour que nous avons dans l'angle.

Le bouddhisme au musée Cernuschi

Le bouddhisme est connu en chine dès le début de l'ère chrétienne mais il faut attendre le 5ème siècle de notre ère pour voir se développer des sculptures monumentales en particulier dans des grottes qui sont aménagées les Weis du nord, des tribus installées dans le nord de la chine. Les grottes principales sont bien sûr celle de Yuncan et de Longmen et nous avons ici quelques beaux exemples de cette statuaire avec des représentations de bodiceadvai de bouddha. Peu à peu la statuaire bouddhique chinoise va évoluer vers des forme extrêmement ascétique, comme cette pièce présentée en vitrine, vers des formes beaucoup plus pleines, arrondis et des visage plus souriants, en particulier sous l'influencé de l'Inde. En même temps que se développe cet art bouddhique dans le nord de la chine, on voit se développer également la route de la soie, cette fameuse route de la soie qui débute au moins autour du début de l'ère chrétienne, voir mettre en relation l'Orient et l'Occident. Ceci est attesté par de nombreuses figurines qui étaient utilisées dans les tombes, ces objets de la lumière représentent parfois des visages d'un type occidental. Le musée Cernuschi a la chance de posséder une très belle collection de ces objets de lumière, ces Mintees, qui étaient placés dans les tombes et qui montrent différents aspects de la vie quotidienne à l'époque des Swes, c'est-à-dire vers le 6ème siècle, et également à l'époque des Tang aux 8ème et 9ème siècles. Musée Cernuschi 17 Musée Cernuschi 23

Les céramiques du musée Cernuschi

La collection du musée Cernuschi, outre une très importantes collections de bronze, possède également une très belle collection de céramiques avec des terres cuites à glaçure polychrome avec ces personnages revêtus de couleurs brune, verte et jaune m selon un procédé que l'on appelle le sangfai, le trois couleurs. Quelques vitrines présente également l'histoire de la porcelaine chinoise, en particulier à l'époque des Song où l'on voit de développer l'art du céladon avec des décors soit incisés sous des couverte verdâtres, soit des décors gravés ou en relief. Les miroirs sont connus anciennement en Chine et nous avons ici quelques exemples de l'époque des Tang, c'est-à-dire du 8ème siècle où on voit à la fois un bestiaire mis en place dans le décor et associé à des rinceaux, rinceaux de vie en particulier Musée Cernuschi 28

Localisation du Musée Cernuschi

Musée Cernuschi, 7 Avenue Velasquez, 75008 Paris, www.cernuschi.paris.fr Agrandir le plan

Vous aimerez aussi :

Les commentaires sont les bienvenus. Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à commenter cette vidéo et son article associé.

Les commentaires sont les bienvenus. Postez le votre :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.