La rosace de la Cathédrale Notre-Dame de Paris

Dissimulée derrière le buffet de l'orgue de Notre Dame de Paris, on découvre une magnifique rosace de 9,60 m de diamètre et exécutée vers 1225. Cette rose est la seule de France à présenter un programme iconographique complet, à la fois théologique et profane. Elle n'est pleinement visible que depuis le 3ème étage de l'orgue, un lieu non accessible au public car il faut se faufiler entre les tuyaux de l'orgue plusieurs fois centenaire pour atteindre ce magnifique endroit. Nous remercions les responsables de la cathédrale pour nous avoir autorisés à vous montrer ces merveilles inaccessibles. Cette rosace se subdivise en vingt quatre rayons sur trois cercles concentriques.

La Vierge Marie au centre de la rosace ouest de Notre-Dame de Paris

Au centre, la Vierge Marie, couronnée comme une reine, tient son enfant Jésus assis sur son bras gauche. L'attitude est typiquement gothique. Dans sa main droite elle brandit un sceptre à trois feuilles. L'auréole à fond rouge de la Vierge Marie est constellée de perles sur sa périphérie. Jésus enfant bénit de sa main droite, index et majeurs levés, annulaire et auriculaire repliés. Cette posture des doigts se trouve dans d'autres cultures. Il tient dans sa main gauche une boule, le Monde.

Le 1er cercle et ses 12 tribus d'Israël

Le premier cercle près du centre présente douze personnages. Ils n'ont pas d'auréole et ne portent pas les attributs des apôtres. Ils représentent certainement les douze tribus d'Israël. Une de leur main tient un phylactère sans inscription, l'autre montre du doigt le centre de la rosace.

Le 2ème cercle de la rose ouest de Notre-Dame

Le deuxième cercle décrit, dans sa moitié supérieure, les deux séries associées des vices et des vertus, et dans sa moitié inférieure les signes du zodiaque associés aux travaux saisonniers correspondants.

La partie supérieure du 2ème cercle : vices et vertus

Le deuxième cercle décrit, dans sa moitié supérieure, les deux séries associées des vices et des vertus. Les vertus sont personnifiées par des femmes couronnées tenant écu et lance. Les vices sont illustrés par des scénettes humaines. Vices et vertus illustrent moins une banale description moralisante de nos vies qu'une échelle de vie à gravir, un ensemble de propositions permettant de rester maître de soi-même. De gauche à droite, regardons les couples de médaillons. La vertu se trouve dans le quatre-feuilles du cercle extérieur, le vice dans le médaillon circulaire du cercle médian. 1. Le premier couple de vice et vertu oppose légèreté et pesanteur. La femme couronnée, assise, pointe son javelot vers le centre de la rosace. Sous les traits de l'oiseau qui va prendre son envol il faut entendre la légèreté, la force de la pensée qui élève, la spiritualité. A l'opposé le vice était représenté par un homme qui chute de cheval. Dans cette rosace, ce médaillon a été remplacé au XVe siècle par un homme sur un cheval au galop, altérant la signification première. La légèreté et la lourdeur sont associées à l'humilité et à l'orgueil 2. Le 2ème couple oppose la sagesse et la folie 3. Le 3ème le dépouillement et la luxure 4. Le 4ème, le don et la charité opposés à l'égoïsme et à l'avarice 5. Le 5ème la conviction et le martyr au doute et à l'apostat 6. Le 6ème la foi à l'idolâtrie 7. Le 7ème la patience à l'impatience 8. Le 8ème l'espérance au désespoir 9. Le 9ème la gentillesse à la méchanceté 10. Le 10ème la concorde et la paix à la discorde et la colère 11. Le 11ème la tempérance et la sobriété à l'intempérance et l'excès 12. Et le 12ème et dernier couple de vertu et de vice oppose la force et le courage à la faiblesse et la lâcheté

La partie inférieure du 2ème cercle : 12 signes du zodiaque associés aux travaux saisonniers correspondants

Dans la moitié inférieure de ce 3ème cercle, on identifie les douze signes du zodiaque associés aux travaux saisonniers correspondants, essentiellement agricoles. 1. Le 1er couple de vitraux est constitué du signe du zodiaque du Verseau et le travail saisonnier correspondant est le Banquet divin. 2. Le signe du zodiaque Poisson est associé à un homme sui se chauffe les pieds. Notre homme, durant ce temps de repos de la terre, se repose également 3. Le signe du Bélier est associé à un homme qui taille sa vigne. 4. Le signe du Taureau à un homme qui cueille des fleurs. Nous sommes fin avril, début mai. La nature est sortie de son linceul. Les champs se couvrent de couleurs éblouissantes. Ce vitrail est d'une facture plus récente, sans doute du XIVe ou XVe siècle. 5. Le signe des Gémeaux à la chasse au faucon. Deux personnes se tiennent par la main, archétype de la dualité qu'il faut rendre féconde. 6. Le signe du Cancer à la coupe du foin. Ce dernier médaillon couplé au cancer n'est pas d'origine et la scène représentée n'est pas conforme au zodiaque médiéval. 7. Le signe du Lion est associé à la moisson du blé. Les épis d'or que tient dans sa main gauche le moissonneur sont autant de petits soleils corporifiés dans une matière vivante, le grain de blé. 8. Le signe de la Vierge à la battue du blé au fléau sur son aire. A l'aide de son fléau, l'homme sépare le grain de la paille. 9. Le signe Balance au pressage du raisin. L'homme foule aux pieds dans une cuve les raisins que les cueilleurs viennent de verser. 10. Le signe du Scorpion aux les semailles. Mourir pour renaître, telle est la leçon de tout mythe, comme de toute vie. 11. Le signe Sagittaire aux porcs menés à la glandée. 12. Le 12ème et dernier couple de vitraux aurait dû représenter un Capricorne. Malheureusement, le vitrail que nous voyons actuellement a été remplacé au XVIème par une représentation étrangère à cet ensemble symbolique. Le banquet associé répond au banquet de Janus sur la partie opposée de la rosace de la cathédrale Notre Dame de Paris. C'est l'hiver et le repos, à l'opposé des durs temps du travail au champ, l'été.

Une rosace ouest aux dessins, couleurs et qualité de verre intacts

La représentation des vices et des vertus ainsi que les signes du zodiaque et les travaux des champs associés est classique au moyen-âge. Ici même, à la cathédrale Notre Dame de Paris, le portail central de la façade ouest montre ces mêmes vices et vertus sculptées dans la pierre, tandis que le portail de gauche de cette même façade, le portail de la Vierge, contient les signes du zodiaque et les travaux des champs sculptés le long des montants de la porte. La rosace est donc une réplique colorée des bas-reliefs de pierre de la façade ouest de la cathédrale, autrefois peints mais aujourd'hui au calcaire nu. Si de nombreux médaillons furent restaurés aux siècles suivants, d'autres datent de l'origine de cette rose et leur dessin, couleur et qualité de verre sont intacts.

Sources

Ce texte est inspiré de la description beaucoup plus complète que nous vous invitons à lire sur : Cathédrales Gothiques

Adresse Cathédrale Notre-Dame de Paris

Cathédrale Notre-Dame de, 6 Parvis Notre-Dame, 75004 Paris www.notredamedeparis.fr

Agrandir le plan

Vous aimerez aussi :

1 commentaire

  1. Je viens juste de présenter ce matin à mes élèves italiens l’église de Notre-Dame avec ses chefs-d’oeuvres et je reçois la nouveauté de ce site extraordinaire pour sa richesse de choix de vidéos! Merci, c’est une opportunité incroyable!

Les commentaires sont les bienvenus. Postez le votre :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.